Signature du PPA avec le CEB : Les anti-CT Power préparent leur riposte

CEBUne bataille a peut-être été perdue, mais la guerre n’est pas terminée, disent ceux qui s’érigent contre la centrale à charbon de CT Power. Les associations et plateformes anti-CT Power préparent leurs arguments et leurs campagnes.

La signature du Power Purchase Agreement (PPA) entre le Central Electricity Board (CEB) et les promoteurs de CT Power, vendredi dernier, ne signifie certainement pas la fin du combat pour ceux qui s’érigent contre la construction de cette centrale à charbon de 110 mégawatts à Pointe-aux-Caves.

La lutte prendra plusieurs formes. D’abord du côté légal. Une demande d’injonction a déjà été logée en Cour suprême, jeudi. Elle sera examinée le 20 janvier. Ensuite, du côté du terrain. Les organisations militant au sein des différentes plateformes anti-CT Power comptent intensifier leurs campagnes.

« Le combat prendra plusieurs formes. On ira à tous les niveaux possibles pour tirer la sonnette d’alarme et faire comprendre à la population où les enjeux se situent », affirme Yan Hookoomsing, membre de la plateforme Maurice Environnement et de la National Energy Commission, entre autres.

«Une supercherie»
Tout d’abord, il s’agit de remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne le concept Maurice Ile Durable (MID). « C’est une supercherie », s’écrit Yan Hookoomsing. « Les instances internationales doivent savoir ce qui se passe vraiment dans ce pays. Dans les grands forums, le gouvernement va présenter le projet MID, mais il faut que les gens sachent la vérité », ajoute l’activiste.

Au niveau de la plateforme citoyenne, l’on se prépare à reprendre les armes. « La mobilisation sur le terrain ira en s’accentuant », dit Yannick Cornet, membre de ce regroupement d’associations. Ce dernier laisse entendre que la signature du PPA ne veut pas dire que CT Power deviendra une réalité.

« En 2008, le CEB en avait déjà signé un avec CT Power, mais ils sont toujours coincés dans les starting blocks. C’est la première fois qu’on voit le CEB subventionner le privé », précise-t-il. Les axes de bataille sont nombreux. À commencer par les différentes variations et déclarations contradictoires qu’ont tenu divers membres du gouvernement et du CEB à ce sujet.

Notamment au niveau du prix de vente de l’électricité de CT Power au CEB. Lors de sa conférence de presse, vendredi, la direction du CEB a annoncé que le tarif était de Rs 4,5 à Rs 5 le kilowattheure. Pour Yan Hookoomsing, c’est induire les gens en erreur. « Le CEB doit acheter le charbon pour CT Power. Le tarif réel est au moins aussi cher que pour l’énergie solaire. Puis, il faut savoir que le producteur indépendent d’électricité le plus cher vend son électricité à Rs 4,09 au CEB. »

Construction d’une jetée
Yannick Cornet indique que selon les estimations faites par sa plateforme, rien que pour l’achat du charbon par le CEB, il faudrait ajouter Rs 1,29 le kilowattheure sur le tarif que le CEB a rendu public.

Et ce n’est pas tout ! Pour devenir actionnaire de la centrale à charbon, le CEB y injectera Rs 800 millions. Il prendra aussi en charge le transport du charbon et financer la construction de la jetée nécessaire pour décharger le charbon. Dans son jugement, l’Environment Appeal Tribunal avait imposé 31 points à CT Power dont la construction d’une jetée à Pointe-aux-Caves pour débarquer le charbon. « Elle coûtera Rs 500 à Rs 600 millions », répond Shyam Thanoo, directeur-général du CEB. Selon certains spécialistes, il faudrait compter dans les Rs 800M. La station pour connecter CT Power au réseau électrique du CEB sera aussi financée par ce dernier.