Centrale CT Power – Les promoteurs ripostent

pointe-aux-cavesLes promoteurs de Mauritius CT Power répondent à l’interpellation du ministère de l’Environnement. Cette riposte concerne particulièrement la Condition 26 de l’Environmental Impact Assessment Licence accordée aux promoteurs du projet CT Power. Ils prennent à contre-pied les contestataires et affirment que tout se fait selon les conditions imposées.

Le 29 août dernier, la Plateforme Citoyenne avait écrit au ministre de l’Environnement pour « dénoncer » le fait que les promoteurs de CT Power ne respecteraient pas la Condition 26 de l’Environmental Impact Assessment Licence. Fort de cette correspondance, ce ministère devait à son tour interpeller les promoteurs, le 18 septembre, mais ces derniers ont décidé de remettre les pendules à l’heure. La réponse officielle devrait incessamment être adressée au ministère de l’Environnement. Mais, de sources bien renseignées, il nous revient que les promoteurs maintiennent que « la Condition 26 est respectée ».

Réplique et assurance de ct power
Toutefois, les promoteurs de CT Power sont beaucoup plus durs et fermes contre certains contestataires du projet qui, disent-ils, se sont embarqués dans une campagne systématique contre le projet CT Power. Pour eux, cette attitude de confrontation des opposants ne facilite pas du tout la communication et porte atteinte à la mise en application des mesures sous la Condition 26.

« Ils ne peuvent se prévaloir de la Condition 26 pour s’opposer au projet », insistent les promoteurs de CT Power. De plus, disent-ils, lors d’une rencontre avec les représentants des promoteurs le 23 mai dernier, des membres de la Plateforme Citoyenne ont tout simplement pris position contre le projet au lieu de discuter des ‘community enhancement measures’.

Les promoteurs rappellent que les contestataires ont aussi déposé une demande en Cour pour une ‘Judicial Review’ de la décision de l’Environmental Appeal Tribunal d’accorder l’EIA Licence à MCTP et demandé un ‘stay’ de cette licence. Ils reviennent aussi sur le fait que l’Action Civique d’Albion a également initié une action en Cour, « sans rechercher le point de vue de MCTP. » Les promoteurs font aussi ressortir que parmi ceux qui ont initié des actions en justice, certains n’avaient jugé utile de déposer devant l’Environmental Appeal Tribunal. Donnant par la même occasion la réplique au ‘Kolektif Pu Lenerzi Renuvelab’, ils affirment que jusqu’ici, ils ont déjà soumis aux autorités « les réponses aux questions posées par ce mouvement.»

Tout en donnant l’assurance que le nécessaire est fait pour la mise sur pied d’un Community Liaison Committee, les promoteurs de CT Power estiment que certains contestataires ne peuvent faire partie de ce comité vu qu’ils ont décidé d’avoir recours à la justice et qu’ils ne peuvent, non plus, forcer le MCTP à engager des discussions sur des aspects qui sont ‘sub judice’. La composition de ce comité de liaison, précisent les promoteurs, sera communiquée aux autorités dès que possible et ils assurent que « les réunions de consultation se poursuivront, conformément à la Condition 26 » .

La Condition 26…
La Condition 26 de l’EIA Licence stipule que les promoteurs de CT Power doivent mettre sur pied un Community Liaison Committee. Ce comité doit comprendre les représentants des promoteurs et les habitants des régions avoisinant le site qui abritera la centrale à charbon de Pointe-aux-Caves. Des réunions consultatives auront  lieu avec les pêcheurs et autres usagers de la côte, aux frais des promoteurs, pour résoudre tout conflit qui pourrait surgir avant, pendant et après l’implémentation du projet. Les retombées des consultations et tout accord conclu avec les pêcheurs doivent aussi être soumis au ministère de la Pêche.