Centrale à charbon de CT Power – Des hommes de loi préparent la riposte

De nouvelles voix viennent s’ajouter à celles des contestataires de la centrale à charbon de CT Power. L’avocat Roshi Bhadain et d’autres hommes de loi, habitant la région d’Albion, préparent une action en justice pour contester ce projet.

Si la Plateforme citoyenne, com­posée des forces vives d’Albion et de Pointe-aux-Sables, a déjà saisi la Cour suprême, la bande à Roshi Bhadain va plus loin en se concen­trant sur l’aspect des droits constitutionnels des habitants, selon les articles 3 (Funda­mental rights and freedoms of the indivi­dual) et 8 (Protection from deprivation of property) de la Constitution.

« Nous n’avons rien de personnel contre CT Power. D’ailleurs, nous ne connaissons pas celui ou ceux derrière le projet. Si celui-ci avait utilisé des moyens plus propres pour produire l’électricité, cela ne nous aurait posé aucun problème. Notre unique souci, c’est qu’on vient installer une centrale à char­bon à côté de chez nous », affirme Roshi Bhadain.

L’avocat explique qu’il ne voit pas comment les membres du Front commun hindou peuvent avoir un « locus standi » pour défendre avec autant de force le projet de CT Power : « Nous sommes choqués par le fait que certains osent parler de racisme. Alors que nous luttons pour la santé de nos familles. Nous ne sommes que des Mauriciens qui défendent leurs droits et nous irons jusqu’au bout car cette affaire est trop grave. »

Tout en reconnaissant qu’il n’est pas un expert en la matière, Roshi Bhadain souligne qu’une simple recherche sur Internet permet d’accéder, entre autres, à des articles du journal britannique The Guardian, faisant état de plus de 100 000 décès provoqués par des centrales à charbon à travers le monde en 2011.

Ce mouvement de contestation qui privilé­gie la santé des habitants en dépit du fait que le prix de l’électricité pourrait être appelé à baisser avec ce projet. Autre point avancé par Roshi Bhadain : la façon dont le charbon sera acheminé du port vers la centrale et la pollution que cela causera.

Une manifestation prévue le samedi 3 novembre
La Plate-forme organise, le samedi 3 novembre, une manifestation réunissant Beau-Bassin, Albion et Pointe-aux-Sables. Les manifestants se regrouperont à Grande-Rivière Nord-Ouest pour se diriger vers le Jardin de la Compagnie à Port-Louis. Un concert est également prévu.

Ce samedi 3 novembre, dit-il, aura lieu une grande manifestation sortant de la Place Taxis à Beau-Bassin, à midi en voiture, à Albion, entre autres, pour se diriger vers Grande-Rivière Nord-Ouest. « Nous marcherons ensuite jusqu’au Jardin de la Compagnie, à Port-Louis, aux alentours de 15 heures où un mini-concert est prévu », affirme Fabiani Balisson.

« La raison de notre lutte contre le projet de charbon est notre santé. Nous n’avons rien ni contre CT Power ni son investisseur. Nous n’avons jamais pris de fonds des investisseurs. Notre combat se fait dans la transparence et en toute légalité. Notre bataille n’est pas communautariste mais dans l’intérêt national. Notre priorité demeure notre santé », confie notre interlocuteur. Par ailleurs, la semaine dernière, il a soutenu au Défi Quotidien que « comme les centaines de milliers d’autres Mauriciens, nous sommes aussi des consommateurs.

Et avec CT Power, les choses devraient évoluer positivement, et le prix de l’électricité devrait baisser. Par ailleurs, d’autres producteurs d’électricité utilisent aussi le charbon, mais quand il s’agit de CT Power, là il y a des objections et des retards. En tant que consommateurs, nous sommes concernés. Actuellement, il y a un groupe qui conteste ce projet en faisant signer des pétitions. Cette action n’est nullement dans son intérêt », avance Menon Marday.

La Plate-forme s’agrandit
Fabiani Balisson se montre rassurant et déterminé dans son combat en faveur des habitants d’Albion et des alentours. Ainsi, après les Forces vives de Pointe-aux-Sables et d’Albion, en concertation avec l’Action Civique d’Albion Plage et le Mouvement Civique de Pointe-aux-Sables, la Plate-forme Citoyenne s’agrandit encore.

Azir Moris de Jameel Peerally, le Front Commun St-Sauveur de Bambous, les Forces vives de Flic-en-Flac et les plaisanciers de l’Ouest ont rejoint la plate-forme durant la semaine écoulée. La dernière qui s’est associée à la Plate-forme est Judex Ramphul, président du Syndicat des pêcheurs. « Le CT Power causera des problèmes à nos eaux, c’est pour cela que les plaisanciers de l’Ouest et tous les pêcheurs de la région, menés par Judex Ramphul, se sont regroupés avec nous pour ce combat », affirme Fabiani Balisson.

Projet de centrale à charbon  à Albion – CT Power évoque une campagne injuste
Babita Jowaheer, la directrice de CT Power (Mauritius) Ltd, a juré un affidavit en Cour suprême pour défendre son projet de centrale à charbon dans la région d’Albion. Elle évoque une campagne injuste contre sa firme qui a dépensé Rs 215 M jusqu’ici mais n’a toujours pas eu de permis EIA. L’affaire sera appelée lundi matin en Cour suprême.

La demande de révision judiciaire (judicial review) entamée  par les membres de la Plate-forme Citoyenne pour contester le projet de centrale à charbon à Pointe-aux-Caves sera appelée devant la Cour suprême. La directrice de la compagnie CT Power Mauritius Ltd, Babita Jowaheer, a répondu aux critiques formulées par les membres de la plate-forme citoyenne contre le projet. Elle a juré un affidavit dans le cadre du ‘judicial review’.

Cela fait cinq ans que sa compagnie est dans l’attente pour avoir son permis, soutient la directrice. La firme CT Power Mauritius Ltd dit avoir dépensé 7 millions de dollars américains, soit environ Rs 215 millions, pour les besoins de ce projet. Somme dépensée pour préparer son rapport EIA (Environment Impact Assessment) et aussi des dépenses encourues pour des experts internationaux qui sont venus à deux reprises à Maurice pour témoigner devant le tribunal d’appel de l’Environnement.

« Tous ceux habitant à Maurice ont un intérêt dans le projet de CT Power parce qu’il aura un impact sur la fourniture et le coût de l’électricité (…) le projet a été retardé durant cinq ans, causant un dommage à la réputation de la compagnie auprès des financiers de la compagnie et des consultants qui attendent sa mise en place. Les plaignants auraient dû se constituer partie devant le tribunal d’appel de l’Environnement au lieu d’engager une campagne injuste dans la presse envers CT Power », lit-on dans l’affidavit de Babita Jowaheer.

Rappelons que Joseph Robert Alain Nayna, Georges Roland Brelu-Brelu et Mohammad Zaheer Allam ont logé, en Cour suprême, une demande de révision judiciaire. Ils contestent le verdict du tribunal d’appel de l’Environnement donnant gain de cause aux promoteurs du projet CT Power. Décision sommant le ministère de l’Environnement d’accorder un permis EIA aux promoteurs malaisiens afin que la centrale électrique fonctionnant au charbon puisse voir le jour à Pointe-aux-Caves. Le tribunal avait revu la décision du ministère de l’Environnement de ne pas accorder de permis EIA à la compagnie CT Power Ltd (Mauritius).

Le projet CT Power n’avait pas reçu le feu vert de l’Environnement qui estimait qu’il représentait des dangers à l’environnement et à la santé publique. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait également évoqué la possible réouverture du dossier lors d’une fête culturelle tenue par la Mauritius Tamil Temples Federation à l’occasion du Nouvel An tamoul, en avril dernier.

 

Source: http://www.defimedia.info/defi-quotidien/dq-actualites/item/21048-centrale-%C3%A0-charbon-de-ct-power-%E2%80%93-des-hommes-de-loi-pr%C3%A9parent-la-riposte.html